Les métiers du droit international

Les métiers du droit internationale - Elije

Réservez un RDV d'admission
Participez à une
journée d'admission

Je m'inscris

Venez nous rencontrer

Journée Portes Ouvertes à Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse et Tours

Je m'inscris

Vous n'êtes pas disponible?
Demandez un rendez-vous personnalisé
vec l'un de nos conseillers

Je demande un RDV

Le droit international est au cœur des relations internationales. Flexible et créatif, il régit la vie des États et leurs relations.

Trois objectifs principaux le guident :

  • Régir et structurer les rapports entre États.
  • Organiser la coopération des États entre eux.
  • Structurer et développer la société internationale.

Les différents métiers du droit international

Les métiers du droit international permettent aux pays, aux personnes privées et aux entreprises ou organismes d’exercer leurs droits dans différents pays et d’y être en conformité avec les lois.

Si parler anglais, l’actualité, les affaires à l’international et le droit vous intéressent, vous pourrez devenir juriste dans une institution internationale ou une ONG, avocat ou agent ministériel. Les domaines d’intervention sont variés : commerce, affaires juridiques privées internationales, fonds marins et mer, espace, guerres…

Le droit international offre beaucoup de débouchés grâce à la mondialisation et à la création d’entreprises ayant des filiales dans divers pays. Les professionnels du droit sont par ailleurs, de manière générale, de plus en plus sollicités.

Avocat international, juriste en droit international dans l’administration, dans l’enseignement… La maîtrise de l’anglais est toujours indispensable. Il est aussi très intéressant, même si facultatif, d’intégrer un cabinet juridique ou d'avocats pour gagner de l'expérience et être sélectionné pour un master spécialisé, et ensuite développer son réseau et trouver un poste intéressant.

L’avocat international

Rôle, missions et spécialisations

Il peut travailler dans un cabinet en tant qu’associé ou collaborateur, ou au sein d’une entreprise et être salarié. Il représente ses clients lors de litiges dans le cadre d’échanges internationaux et utilise les règles du droit international pour leur trouver le meilleur accord possible.

Un avocat international est spécialisé :

  • Soit en droit public : dans ce cas, il s’occupe des relations légales entre des États ou des organisations internationales. Par exemple, certains avocats décident de se spécialiser dans les conflits armés et leurs conséquences, en travaillant dans les tribunaux de compensation.
  • Soit en droit privé : dans ce cas, il s’agira de relations légales concernant des entreprises ou des personnes privées, et l’avocat est spécialisé en droit des entreprises et des filiales internationales ou en commerce international, par exemple.

Parcours académique et professionnel pour devenir avocat international

Un master en droit international est nécessaire, après lequel l’étudiant passe l’« examen du barreau » : lorsqu’il est admis, il entre en CRFPA (centre régional de formation professionnelle d’avocats). Il préparera alors le CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat).

Le juge international

Les tribunaux internationaux : CPI, CIJ, etc.

Le juge international travaille dans une cour internationale. Par exemple :

  • La Cour internationale de justice (CIJ) : elle est aujourd’hui l’organe judiciaire principal de l’ONU dont les États parties sont membres.
  • La Cour pénale internationale (CPI) : elle est la première cour pénale internationale installée de façon permanente. Elle compte 123 membres (les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde n’en font pas partie). En plus du nombre limité d’État signataires au traité, les choix judiciaires pris par la cour sont souvent guidés par des enjeux diplomatiques.
  • La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) : elle est chargée de veiller au respect de la Convention européenne des droits de l’homme. Elle peut être saisie aussi bien par des États que par des particuliers alléguant d’une violation de la Convention. Elle participe à la consolidation de l’État de droit et de la démocratie au sein de ses membres et constitue une référence pour d’autres juridictions régionales.

Missions et responsabilités d'un juge international

Rattaché à une cour pénale internationale, un juge international examine des affaires extrêmement sensibles souvent liées à de hauts enjeux géopolitiques. Il statue sur des questions de conflit armé, de crimes de guerre ou crimes contre l'humanité, de respect de zones frontalières ou d'ingérence.

Un juge international préside des procès et effectue des recherches sur des questions juridiques internationales. C’est un poste de magistrature qui demande beaucoup d’expertise et d’expérience en juridiction internationale.

Le métier est relativement rare car les postes disponibles sont peu nombreux.

L’enseignant-chercheur en droit international

Rôle et importance de la recherche académique en droit international

Un enseignant-chercheur en droit international travaille dans le domaine universitaire et mène des travaux de recherche qui pourraient servir à l’État, dans une grande université en France ou à l’étranger. Par ailleurs, il enseigne à des étudiants en droit international.

Parcours pour devenir enseignant-chercheur

Pour devenir enseignant-chercheur en droit international, il est nécessaire d’avoir un master en droit international (bac + 5), puis un doctorat à la fin duquel une thèse sera présentée (bac + 8).

Le juriste en droit international

Missions au sein des entreprises et organisations

Le juriste en droit international travaille dans une entreprise, au service juridique. Il défend les intérêts de son employeur à l’international.

  • Il étudie et connaît les lois du ou des pays où est implantée son entreprise, et les règles régissant les échanges internationaux :
  • son objectif est le respect et la mise en conformité de l’entreprise avec ces impératifs. 
  • Il est également l’interlocuteur des différents partenaires commerciaux pour établir un lien de confiance dans la négociation des contrats, qu’il examine, élabore ou relit pour les ajuster au mieux.

Pour devenir juriste en droit international, il est nécessaire d’avoir un master en droit international (bac + 5).

Spécialisations possibles : commerce, industrie, activités bancaires, etc.

Une spécialisation en droit des entreprises et des filiales internationales est un plus pour un juriste en droit international. D’autres juristes se spécialisent en commerce, en industrie, ou dans le domaine des activités bancaires et financières.

Les études pour devenir un professionnel du droit international

Une fois le bac obtenu, il est conseillé de s’orienter vers une université ou une école de droit pour passer dans un premier temps une licence.
Vous devrez ensuite choisir une spécialisation en master et il est nécessaire d’en choisir une en rapport avec le droit international.
Pour y accéder certaines conditions seront nécessaires à savoir une parfaite maîtrise de l’anglais et avoir une culture générale internationale riche. Les spécialisations les plus recommandées sont le contentieux international, le droit des relations internationales et le droit du commerce internationale.
Il est également conseillé dès votre licence d’intégrer un cabinet juridique ou d’avocat pour gagner de l’expérience.
S’insérer dans le monde professionnelle le plus tôt possible, vous permettra d’obtenir plus facilement le master spécialisé que vous visez. Cela vous apportera également une expérience professionnelle et plus de compétences et de vous constituer un réseau qui vous ouvrira les portes pour des postes plus importants.

L’école privée de droit Elije a cerné les enjeux de la mondialisation et des besoins des entreprises et a donc mis en place une formation alliant le droit Business: et numérique un Bachelor droit et Business.
Cette formation a pour objectif de transmettre aux étudiants une forte culture juridique, une compréhension globale de l’entreprise, des savoir-faire pratiques et professionnalisante, une valorisation des compétences personnelles et relationnelles telles que la communication, créativité, esprit critique….
Il est également possible de suivre ce cursus en alternance afin d’avoir une première expérience dans le monde du travail et de développer son réseau professionnel.
A l’obtention de ce Bachelor, le jeune diplômé pourra poursuivre au sein de l’école un Mastère de Droit & Business Partner.
 

Les compétences et les qualités pour exercer dans le droit international

  • Nous l’avons énoncé plus haut qu’une des qualités indispensable pour exercer dans le droit international est de maîtriser l’anglais voire même plusieurs langues. En effet, vous serez amené à rédiger des actes, des contrats, des documents dans des langues étrangères mais aussi à voyager. Vous devez être à l’aise avec le vocabulaire juridique, commercial et économique en anglais.
  • Le professionnel du droit international doit avoir une rigueur irréprochable car il sera amené à traiter des dossiers complexes. Il faut qu’il réussisse à garder sa concentration pour analyser des documents. Il doit faire preuve d’une grande organisation et se montrer discret au sujet des affaires qu’il devra traiter.
  • Les juristes comme les avocats doivent être curieux et être parfaitement au courant des évolutions du droit en effectuant une veille sur le droit européen et international.

Les perspectives d’embauches et salaires

De part la mondialisation et l’internationalisation des échanges, les perspectives d’embauche sont nombreuses dans ce secteur. Les entreprises internationales recherchent des profils de plus en plus qualifiés en droit international :  des avocats, des juristes, des consultants..
La concurrence est rude et plus intense car les candidats sont de plus en plus performants et maitrisent deux ou trois langues.
En ce qui concerne les salaires, tout dépend de la nature du poste, de la localisation ou encore de l’expérience du candidat.
En ce qui concerne un avocat spécialisé en droit des affaires internationales, son salaire se situe entre 2400€ net pour un débutant et 8000€ pour un expert en comparaison d’un triste en droit international qui peut s’élever environ à 5000€.