Assistant, Assistante juridique

Assistant, Assistante juridique

Réservez un RDV d'admission
Participez à une
journée d'admission

Je m'inscris

Venez nous rencontrer

Journée Portes Ouvertes à Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse et Tours

Je m'inscris

Vous n'êtes pas disponible?
Demandez un rendez-vous personnalisé
vec l'un de nos conseillers

Je demande un RDV

Vous souhaitez évoluer dans la sphère du droit tout en passant par une formation juridique courte ?
Le métier d’assistante juridique est le poste idéal qui réunit ces conditions et qui vous apportera plusieurs possibilités d’évolution au cours de votre carrière.
Missions, compétences, formation, débouchés, vous allez tout savoir sur ce métier.

Qu’est-ce qu’un assistant juridique ?

L’assistant juridique exerce des missions variées au croisement du secrétariat et d’une fonction juridique, selon ses capacités et ses connaissances en droit. Il doit être polyvalent, et les compétences recherchées varient selon les employeurs.

Le rôle de l'assistant juridique est primordial pour le fonctionnement optimal de la structure dans laquelle il exerce :

  • un cabinet d'avocats ;
  • une étude de notaire ou d’huissier ;
  • une entreprise, dans une équipe de juristes (au service contentieux, ou dans les banques et les assurances).
Admission en bachelor - Elije école de droit et d'intelligence juridique à Paris

Les tâches quotidiennes et les responsabilités d’un assistant juridique

Une mission de secrétariat

L’assistant juridique a, avant tout, une mission de secrétariat. Il facilite l’organisation du travail du juriste pour lequel il travaille, et supervise les tâches administratives courantes auxquelles est soumis le juriste. Selon l'étendue de ses connaissances juridiques, l'assistant juridique développera éventuellement des missions plus spécifiques.

L’assistant juridique assure les tâches traditionnelles d’un secrétaire :

  • L’accueil des clients (au téléphone et en personne).
  • La gestion de l’agenda, du courrier, des rendez-vous et des déplacements des juristes.
  • L’établissement des factures.
  • La gestion de la trésorerie (des compétences en comptabilité sont dans ce cas requises).
  • La prise de notes.
  • La rédaction de documents, de comptes rendus de réunion ou de correspondance pour les dossiers.
  • La saisie de textes dictés.
  • La mise en forme des actes juridiques.
  • La gestion des tâches et démarches  administratives.
  • Le classement, archivage et mise à jour des dossiers.
  • La communication avec les différents services.

Une mission juridique

L’assistant juridique a des connaissances en droit qui lui permettent de préparer les dossiers en rassemblant les documents nécessaires à la prise de décisions.

Il rédige et met en forme des actes juridiques : des assignations, des notes de synthèse, des comptes rendus et des conclusions de dossiers.

Il effectue une grande partie des recherches juridiques et de la veille documentaire des textes de loi : jurisprudence, articles…

Avec quels professionnels interagit-il ?

Selon la structure dans laquelle il travaille, il est en contact quotidien avec des avocats, des huissiers ou des juristes d’entreprise. Il évolue donc dans un milieu juridique sous la direction d’un supérieur hiérarchique.

La formation pour devenir assistant(e) juridique

La double compétence en secrétariat et en droit

Pour exercer la profession d’assistant juridique, il est nécessaire de suivre une formation juridique en plus d’une formation classique au secrétariat. Plusieurs parcours bac + 2 et bac + 3 préparent à ce métier :

  • Le Bachelor Droit et Business de l’école de droit ELIJE à Paris : il a pour objectif de transmettre aux étudiants une forte culture juridique, une maîtrise du raisonnement juridique, une compréhension du monde de l’entreprise, une connaissance approfondie des nouvelles technologies numériques, une valorisation des compétences personnelles et relationnelles qui sont la base pour réussir dans ce métier.Cette formation professionnalisante permettant à l’étudiant d’associer son apprentissage théorique avec une alternance. L’alternance offre l’opportunité d’acquérir une expérience professionnelle, de mettre un pied dans le monde du travail, d’élargir son réseau professionnel et d’aider l’étudiant à couvrir les frais de l’école.
     
  • D’autres formations existent, par exemple le BTS Assistant de gestion, Assistant de manager ou Assistant de direction, car ils permettent d’avoir une formation complète en gestion administrative. Il est nécessaire d’associer une formation juridique supplémentaire à ce cursus, par exemple le Bachelor Droit et Business de l’école de droit ELIJE à Paris.

Les débouchés sont multiples et les besoins sont importants : une grande majorité des étudiants sont en poste à l’issue de leur formation.

Pour certains employeurs spécialisés, il faut passer par des formations spécifiques. Les compagnies d'assurances, par exemple, ont toutes un service juridique. Pour y avoir accès, il existe un BTS Assurance.

De plus, il est apprécié que les étudiants en droit réalisent de nombreux stages afin d'acquérir progressivement les compétences en matière de secrétariat. Ces assistants juridiques seront alors davantage sollicités en travail de fond sur les dossiers. Toutes les expériences professionnelles de terrain sont des avantages non négligeables lors du recrutement.

Les spécialisations possibles

L’assistant juridique aura plus ou moins de tâches et de responsabilités selon son expérience professionnelle et sa formation, y compris continue.

Il peut devenir clerc de notaire ou clerc d'huissier en passant un examen professionnel. Les assistants juridiques ont par ailleurs la possibilité de se présenter aux concours administratifs.

Si l’assistant juridique travaille en entreprise, il se spécialisera dans tout ce qui est relatif au droit du travail, au droit commercial et au droit des sociétés.

Les compétences clés requises

L’assistant juridique doit être polyvalent et avoir :

  • Le sens de l’accueil.
  • Un bon sens relationnel.
  • La capacité à être discret et à respecter la confidentialité.
  • Une bonne présentation.
  • Une parfaite organisation.
  • De la rigueur.
  • L’esprit d’initiative.
  • De la réactivité.
  • Des bases solides en droit (procédures, vocabulaire juridique, acteurs et instances du monde juridique).
  • De la curiosité, pour suivre l’évolution quotidienne de la législation.
  • Une maîtrise des outils informatiques : traitement de texte, tableur, messagerie et agenda électroniques.
  • Un bon niveau de français et d’orthographe.
  • De bonnes capacités écrites et orales.
  • La maîtrise de l’anglais.

Le Bachelor d'Elije est formation professionnalisante qui permet à l’étudiant de pouvoir associer son apprentissage théorique avec une alternance qui lui permet d’acquérir une expérience professionnelle, de mettre un pied dans le monde du travail, d’élargir son réseau professionnel et de l’aider à couvrir les frais de l’école.

Salaire et évolutions de carrière

Le salaire d’un assistant juridique varie selon son niveau d’études, son expérience, sa spécialisation éventuelle et l’endroit où il travaille. Des primes d’intéressement et/ou de participation, une part variable, des Tickets-Restaurant ou du télétravail peuvent parfois s’ajouter au salaire.

La rémunération d'un débutant est d’environ 2 000 € brut par mois (1 500 € net). Les stages en entreprise ou l’alternance réalisés pendant la formation ou la qualité du diplôme obtenu peuvent permettre de prétendre à des rémunérations supérieures.

Après quelques années d’expérience, il gagne 2 500 € brut par mois, et en fin de carrière il peut toucher jusqu’à 3 500 € brut mensuels (environ 2 600 € net).

Pour une rémunération plus attractive, il faudra devenir juriste ou gravir les échelons de la hiérarchie.

L'évolution de carrière de l'assistant juridique sera fonction de ses capacités et ses connaissances en droit, mais également de la taille de la structure, de l’équipe ou département dans lequel il travaille. Plusieurs options s’offrent à lui :

  • S’il exerce dans une étude ou un cabinet, il peut évoluer vers des postes de clerc d’huissier ou clerc de notaire en passant des examens professionnels.
  • Il peut évoluer vers une carrière de greffier en suivant une formation juridique complémentaire, ou intégrer la fonction publique en passant des concours administratifs.
  • S’il travaille dans une entreprise privée, il peut se spécialiser dans divers domaines comme celui du contentieux ou bien devenir juriste en droit des sociétés grâce à un tutorat de proximité.
  • En entreprise, il est également possible de progresser dans la hiérarchie, par exemple en devenant analyste juridique, responsable du service contentieux ou d’une branche spécifique du contentieux. Dans ce cas, il devient cadre.
  • Il peut également choisir de se mettre à son compte.

L’évolution est généralement accompagnée d’une augmentation de revenus.